L’étrange Monsieur Dury

Ian Dury

« Sex &Drugs & Rock & Roll » : ce slogan pourrait être un condensé, presque jusqu’à la caricature, de ce qu’est la culture rock. Son auteur, Ian Dury, décédé en 2000, n’était pourtant pas un jeune rebelle sans cause quand il l’a écrit en 1977. Dandy boiteux de 35 ans en quête de célébrité, au corps marqué par la polio, avec son look élégant et décalé au milieu de la furie punk, rien ne le destinait à devenir une icône pop. Pourtant, au fil de ses découvertes, comme celle de Gene Vincent et de son renversant « Be-Bop-A-Lula« , et de ses rencontres professionnelle et musicales, il a fini par se construire une carrière de chanteur et d’auteur totalement atypique.

Ian Dury : sex & drugs & rock & roll de Jeff Jacq, est la première biographie française consacrée à l’artiste anglais. Sorte de Serge Gainsbourg britannique, avec lequel il partage beaucoup de points communs, Ian Dury a connu les hauts et les bas d’une carrière erratique. Personnage fantasque, attachant ou détestable, flamboyant ou mesquin suivant ses humeurs, il s’est brouillé avec tous : « Le succès est au rendez-vous, et les embrouilles jamais très loin ». Même les Blockheads, son groupe fétiche, sans lequel il n’aurait sans doute pas atteint les sommets qu’il a connu, n’ont pas été épargnés. Le récit de Jeff Jacq suit au plus près la vie du chanteur, y compris dans ses chemins les plus sombres, au rythme de ses productions musicales. Il nous livre au final le portait d’un homme complexe, touchant et profondément humain..

Jeff Jacq est l’auteur de plusieurs biographies d’artistes rocks et de récits beaucoup plus intimistes. En rendant un bel hommage à l’étrange Monsieur Dury il propose aussi une plongée vibrante et passionnante au cœur de la scène rock londonienne des années 70 à 90.

Ian Dury : sex & drugs & rock & roll

Jeff Jacq

Ring

297 p 21,90 €

Le Chirurgien-Dentiste de France n° 1765 du 7 septembre 2017

Publicités

Briser l’invisible muraille

PetitesVictoires_plat1

Comment affronter l’autisme de son enfant ? C’est à cette terrible question qu’Yvon Roy, l’auteur de la bande dessinée Les petites victoires, a été confronté. La découverte de la maladie, l’incompréhension et l’abattement des parents, puis le couple qui vole en éclat, les premières étapes de ce long combat auraient pu laisser l’auteur K.O debout. Mais il décide d’affronter les troubles d’Olivier et de partir à la découverte de cette étrange petite personne avec laquelle il partage sa vie, pour lui offrir le plus bel avenir possible : « faire mes adieux au fantôme de ce fils qui ne s’est jamais présenté et accueillir celui qui a décidé de venir vivre avec moi ».

Avec l’aide de la mère restée proche, le père va doucement briser l’invisible muraille de l’autisme qui enfermait leur enfant, pour lui construire un univers où il pourra enfin s’épanouir et découvrir ce monde extérieur qui se refusait à lui. Chaque plaisir minuscule partagé, chaque léger progrès, devient une petite victoire, un pas en avant supplémentaire vers une plus grande autonomie d’Olivier. La possibilité pour lui, non plus de vivre avec son handicap, mais de le surmonter.

Yvon Roy est un auteur et illustrateur canadien qui vit au Québec. Il a publié en France, aux éditions Vents d’Ouest, sur un scénario de Jean-Blaise Djian, l’adaptation en BD de l’un des grands romans de la littérature Québécoise : Agaguk de Yves Thériault. Loin du récit romanesque, Les petites victoires est une histoire profondément intime, faite de douleurs, de tendresse, et pleine de lumières. Le dessin y est sobre et expressif, centré sur les personnages pour mieux nous faire ressentir leurs émotions. Une leçon de vie, d’optimisme, qui s’adresse à tous.

Les petites victoires

Yvon Roy

Rue de Sèvres

160 p – 17 €

Le Chirurgien-Dentiste de France n° 1765 du 7 septembre 2017