La fraternité des solitaires

Bob Dylan et le rôdeur de minuit

Tout aurait pu opposer Johnny Cash, l’idole la l’Amérique profonde, et Bob Dylan le chantre de la contestation. Pourtant, ces deux grands artistes, icônes de la musique populaire américaine, se respectaient profondément. Johnny Cash, déjà vedette, a soutenu son cadet à ses débuts et ils ont collaboré à plusieurs reprises. Michel Embareck c’est emparé de cette amitié bien réelle pour recréer la vie des ses héros, entre réalité et fiction, des années 60 à aujourd’hui.

Deux artistes libres rétifs à tout embrigadement, deux solitaires toujours en équilibre entre autodestruction et rédemption, leurs failles et leurs paradoxes étaient aussi ce qui les rapprochaient. Ils ont traversé les époques et les modes, frôlé des abîmes et atteint des sommets, mais n’ont jamais renoncé à ce qu’ils croyaient être juste. En contrepoint, le Rôdeur de Minuit, ancien animateur radio, témoins lucide du temps qui passe, avec ses regrets et ses désillusions, voix off empreinte de nostalgie, rythme les parcours entremêlés des deux musiciens.

Rien n’est tout à fait vrai dans ce conte musical, mais tout est possible. C’est la magie de Michel Embareck que de réécrire l’histoire et de nous y faire croire. Bien sûr la guerre du Vietnam est toujours là, Martin Luther King et les Kennedy sont bien morts assassinés, et les Etats-Unis restent une nation où l’espoir s’est perdu en chemin : « Qu’attendre d’un pays qui s’est construit sur l’esclavage et le génocide des indiens ? ». Au fil du récit on croise des politiques, tel Nixon, ou des artistes comme Alice Cooper, soutien indéfectible du Rôdeur de Minuit. On y parle whisky ou politique, le dérisoire y côtoie l’essentiel.

C’est le deuxième roman que Michel Embareck consacre à deux chanteurs américains, après Jim Morrison et Gene Vincent (Jim Morrison et le diable boiteux). Entre aventures  déjantées et moments intimes teintés de sombre, entre sourires et gorge nouée, Bob Dylan et le rôdeur de minuit est un récit plein de verve et de mélancolie, sur fond de musique et d’histoire. Un émouvant hommage à des hommes qui disparaissent et à une époque qui semble elle aussi mal en point. Et qui donne une furieuse envie de réécouter Bob Dylan et Johnny Cash.

Bob Dylan et le rôdeur de minuit

Michel Embareck

L’Archipel

256 p – 18 €

Le Chirurgien-dentiste de France n° 1791/1792 du 15-22 mars 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s