Impossible oubli

Oyana est une Française d’origine basque qui vit depuis plus 20 ans à Montréal avec Xavier. Elle est traductrice, il est médecin, c’est un couple heureux, sans histoire apparente. Le 3 mai 2018 l’ETA annonce sa dissolution. Cet événement, qui met fin à cinquante années d’attentats et de répression, est une bombe à retardement qui lui explose soudain au visage. Toute une vie construite sur les mensonges et l’amnésie volontaire s’effondre en quelques instants : « La violence du passé a été chassée par une autre violence, celle lisse et insidieuse d’un présent sans histoire ». Elle décide alors d’affronter seule les monstres de l’oubli .

Oyana, d’Éric Plamondon raconte la bataille d’une femme contre le poids d’un  passé dont elle n’arrive pas à s’extraire. Une lutte vitale pour échapper à la chape de plomb de ce conflit au cours duquel la haine s’est si longtemps opposée à la haine, la terreur à la terreur. Un récit à plusieurs niveaux, où s’entrecroisent vie intime, histoire de l’Espagne et celle de peuple basque. Un roman passionnant, émouvant, à l’écriture sobre et juste.

Oyana

Éric Plamondon

Quidam éditeur

152 p – 16 €

Le Chirurgien-Dentiste de France n° 1846-1847 du 23-30 mai 2019

Revue et approuvée

  • Dis Tonton, c’est bien Nantes ?
  • Pas mal, c’est une belle ville et il y a plein de choses à voir.
  • Y’a quoi à Nantes ?
  • Il y a le château d’Anne de Bretagne, le Curé Nantais et Clémentine Mélois. Et puis il y a aussi Bouclard, une revue semestrielle qui vient de sortir.
  • Bouclard, drôle de nom pour une revue. Ça veut dire quoi Bouclard ?
  • En argot forain, un bouclard, ça désignait une librairie.
  • Alors Bouclard, ça parle de librairies ?
  • Non, Bouclard parle de littérature au sens large. Dans le premier numéro, on visite par exemple un Institut Métapsychique International plein de livres étranges sur les fantômes, la télépathie et autres phénomènes paranormaux. Il y a aussi un article sur Arthur Cravan, boxeur et poète (entre autres), fantasque et merveilleux.
  • Boxeur et poète ? Pourquoi pas marin et écrivain, pendant que tu y es ?
  • Pourquoi pas. En parlant de Clémentine Mélois, elle aussi a écrit dans Bouclard, à propos de l’Oulipo.
  • L’Oulipo, c’est quoi ?
  • L’Oulipo est un genre de gang littéraire joyeusement masochiste, dont l’occupation principale consiste à s’inventer des contraintes, afin de se compliquer encore plus la vie et l’écriture.
  • Ils sont pas bien ces gens !
  • Faut croire que si. Et en plus ils aiment ça… Sinon, tu as aussi dans ce numéro plein d’autres textes passionnants. Tout ça pour te dire que Bouclard, c’est une revue classieuse, élégante, curieuse et éclectique. Elle est vendue dans les meilleures libraires de la galaxie au prix incalculable de 10 €. Tu peux aussi la commander sur le site de Bouclard Éditions : www.bouclard-editions.fr. Maintenant, si tu préfères continuer à lire la Semaine de Suzette, c’est toi qui vois…

Bouclard

Revue semestrielle publié par Bouclard Éditions 

10 € le numéro

De quoi fouetter un chat

Si la miche vous aguiche, la maie vous émeut et le seigle vous rend cinglé. Si vous trouvez les chats chafouins, les félins félons et les Maine Coons cons. Bref, si vous préférez les mies nettes aux minous, Du pain et des Chats d’Alexandre Géraudie est le livre qu’il vous faut. Grâce à lui vous ne vous sentirez plus seul au milieu des lol cats et des vidéos de chats mignons. Vous prendrez votre pied en vous vautrant dans le pétrin, en étant mené à la baguette et roulé dans la farine. Vous assumerez enfin au grand jour le bâtard qui sommeillait en vous.

Fruit d’un croisement hasardeux entre le CCC (comité contre les chats) et la CNBF (Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française), Du pain et des Chats est l’opuscule indispensable, la bible succincte de ceux qui aiment le pain mais pas les chats. Un test comparatif presque rigoureux, illustré en 40 tableaux approximatifs, à l’humour absurde, loufoque et totalement partial. Garanti 0 % gluten  mais 100 % mauvaise foi.

Du pain et des Chats

Alexandre Géraudie

Editions Flblb

5 € – 40 p

Méfiez-vous des villes moyennes

Pourquoi rêver de Syracuse, l’île de Pâques ou Kairouan, quand Cholet, Maubeuge ou Vesoul nous tendent les bras ? A quoi bon les jardins de Babylone quand Cergy nous offre ses 8 km² d’espaces verts ? Aveuglés par le clinquant, hypnotisés par l’exotique, nous fonçons tous sur l’autoroute des évidences, au point d’en oublier les petites départementales, les nationales du fin fond de Province et toutes ces villes moyennes, dans tous les sens du terme, sans attrait apparent.

Heureusement il y a Vincent Noyoux, nouveau héraut des sous-préfectures somnolentes, des anciens fleurons de l’industrie et autres cités négligées de France. Prenant Guides Bleus, Michelin et consorts à contre-pied, il s’est aventuré sur des chemins moins balisés et est parti à la découverte de douze localités à priori fort peu remarquables.

Le compte-rendu de ses tribulations, Tour de France des villes incomprises, est un délicieux voyage dans ces endroits où le temps s’est un peu arrêté. Le nez au vent, au hasard des rues, au plaisir des rencontres, l’auteur se promène le sourire aux lèvres, guidé par la curiosité. Chasseur de détails, il traque l’anodin étonnant, la beauté ignorée, la grandeur minuscule. Pour mieux comprendre ces lieux il cherche ceux qui les racontent, les embellissent : un amoureux des tracteurs de Vierzon, un basketteur américain égaré au milieu du bocage choletais, un papetier commando de Draguignan… Il y a du Henri Calet dans ces déambulations empreintes de poésie, d’humour et de délicatesse. Un nouveau Guide du Traînard indispensable qui invite à prendre son temps, l’œil aux aguets, prêt à se laisser surprendre.

Vincent Noyoux

Tour de France des villes incomprises

Pocket

255 p –  6,40 €

Le Chirurgien-Dentiste de France n° 1846-1847 du 23-30 mai 2019