La voix de son maître

Baptiste est un imitateur talentueux mais sans public, qui peine à vivre de son art. Il ne contrefait que des personnages oubliés ou démodés. Un jour, il est abordé par Jean Chozène, un célèbre romancier, qui lui propose un étrange marché : prendre sa place au téléphone. L’écrivain pourra ainsi se consacrer pleinement à la rédaction de son dernier ouvrage. Baptiste devient donc la voix du grand auteur, celle qui répond à la famille, aux gens du métier, aux amis ou aux fâcheux, sans que personne de se rende compte de la supercherie. Plus le temps passe et plus Baptiste prend de l’assurance. Il se glisse lentement dans la peau de Chozène, jusqu’à prendre sa place. L’artiste en galère se transforme petit à petit en une sorte de démiurge fasciné par son pouvoir. Jusqu’à qu’à la perte définitive d’équilibre…

Le répondeur, de Luc Blanvilain, est une comédie de mœurs ironique et moderne, qui parle de l’identité et de l’illusions, du besoin frénétique de paraître, d’exister à tout prix aux yeux du monde, jusqu’au risque de se perdre. C’est aussi une réflexion pleine d’humour et d’acuité sur la création artistique. Celle de l’homme de lettres reconnu et respecté ou de son double vocal passant de l’ombre à la lumière, du statut de « larbin sonore » à celui d’interprète virtuose. Un récit vif, plein de rebondissements et joyeusement enlevé.

Le répondeur

Luc Blanvillain

Quidam éditeur

260 p -20 €

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s