Un sourire incertain

Paris, le milieu des années 80, Louise, 22 ans, a quitté le Havre, attirée par les lumières de la capitale. L’époque est encore à l‘insouciance, le SIDA menace mais reste discret et le monde de la musique semble si attirant aux yeux de la petite provinciale. Après quelques mois de vie en ermite à se remettre d’une rupture douloureuse, elle décide de sortir de sa grotte. Alors les soirées et les concerts s’enchaînent, les amis, les amants, les excès, les ivresses et les petits matins cotonneux. Louise se laisse porter par ce brillant tourbillon, d’un jeune homme moderne à un autre, elle hésite encore mais avance, un sourire incertain aux lèvres.

Louise va encore sortir ce soir est un récit initiatique plein de charme et de mélancolie. On y entend des rires, des bavardages, des bruits de verres qui s’entrechoquent et de la musique pop. On y parle de joies, de plaisirs, de doutes et de solitude. François Gorin, ancien journaliste passé notamment par le magazine Rock & Folk, suit les pas de cette attachante jeune femme toujours en mouvement, de fêtes en fêtes, d’appartements parisiens en boîtes de nuit. Cette jolie Louise en rappelle fortement une autre, celle jouée par l’inoubliable Pascale Ogier dans le film Les nuits de la pleine Lune d’Eric Rohmer, sorti en 1984. Un parfum rohmérien revendiqué qui imprègne doucement le roman de François Gorin.

Louise va encore sortir ce soir

François Gorin

Médiapop Editions

196 p – 15 €

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s