Défense de la brièveté

Un homme épluche une pomme, un gendarme s’inflige des contraventions, des vaches écoutent la radio… L’esprit de Guéorgui Gospodinov, où plutôt sa plume, vagabonde d’une courte histoire à une autre, sautant avec célérité du coq à l’âne ou au brigadier. Des petites fictions qui ressemblent à autant de courts métrages, de micro films. Deux lignes ou une page, l’auteur glisse d’un univers en modèle réduit à un autre, au gré de ses envies, de ses humeurs. Les thèmes changent, les couleurs varient, un peu de vert espoir par là, un peu plus de mélancolie grise par ici. Des flashs de poésie, des éclairs d’humour, des instantanés d’absurde ou des brèves de pessimisme, rajoutez à cela une bonne dose d’autodérision, Tous nos corps est une délicieuse compilation de récits bâtis à la gloire de la brièveté. Entre légèreté et gravité, ce recueil de nouvelles venu de Bulgarie réhabilite avec succès cette forme littéraire souvent trop négligée.

Tous nos corps

Guéorgui Gospodinov

Editions Intervalles

156 p / 14 €

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s