Plus qu’un chat

Il y a Hayakawa, le narrateur, scénariste englué dans une vie atone ; son ex petite amie Renko, une cinéaste pleine de promesses et Miyata, l’époux de cette dernière. Au milieu de cette petite galaxie sommeille Sun, le vieux chat malade au pelage doré que Renko et Hayakawa avaient adopté lorsqu’ils habitaient ensemble. Il vit ses derniers jours, sa maitresse a appelé son ancien compagnon à la rescousse, pour qu’ils veillent ensemble sur lui. Autour du félin, l’existence du trio s’organise tant bien que mal, une intimité nouvelle se crée, les souvenirs remontent à la surface. Hayakawa revisite son histoire, le bonheur de la rencontre, le couple qui se délite puis la séparation et le vide. Le chat agit comme un révélateur et son agonie renvoie son maitre à ses regrets, ses abandons, ses fuites. L’homme se confronte à ses peurs, celle de s’engager, celle d’aimer. Paradoxalement, cette longue veille funèbre autour de Sun devient aussi pour lui l’occasion de se redresser, de s’éveiller lentement, avec difficulté et hésitation : « Mon équilibre était désormais plus que précaire, mais j’ai continué à avancer. Bravement »

Les chats ne rient pas est le premier roman de MUKAI Kosuke, auteur par ailleurs de nombreux scénarios de films. C’est une œuvre délicate et mélancolique, au style dépouillé et doux, qui parle de renoncements, de renaissance et de l’importance d’aimer, que ce soit un être humain ou un animal.

Les chats ne rient pas

MUKAI Kosuke

Editions Picquier

160 p – 14 €

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s