Définir l’intime ?

Etymologiquement l’intime, du latin intimus, désigne ce qu’il y a « de plus intérieur ».  Paradoxalement, le concept relève avant tout d’un acte social, « une volonté de dévoiler ou de soustraire », un choix qui est le reflet de la société. Mais chercher à définir l’intime est délicat, tant cette notion est changeante, insaisissable. La revue Sensibilités, dans son numéro 6, est partie chercher l’intime là ou on ne l’attendait pas. Philosophes, chercheurs, universitaires ou artistes, les expériences et les savoirs sont variés. Réflexion sur le besoin de mettre en scène sa vie privée, exploration de la culture japonaise, fac-similés de lettres d’amour ou de rupture, photographies de lits d’adolescents incarcérés à Fleury-Mérogis… autant de thèmes originaux qui reflètent parfaitement la complexité du sujet. Une approche libre et éclectique qui prouve que l’idée de l’intime ne peut pas se laisser enfermer dans un cadre trop rigide. Sensibilités est une revue semestrielle qui explore avec intelligence la question des sensibilités en multipliant les regards autour d’un même thème.

Sensibilités

Les paradoxes de l’intime

Revue semestrielle

Abonnement 1 an 44 €

Editée par Anamosa

Revue et approuvée (2)

Le Bouclard Nouveau est arrivé. Contrairement au Beaujolais nouveau qui sent forcément la banane, Bouclard a le parfum doux et changeant des livres aimés. En vieil argot, un bouclard désignait une librairie. Donc, forcément, Bouclard parle de livres et de littératures. Dans ce deuxième numéro, Emilie Houssa est partie à Illiers-Combray, dans une poétique recherche du proustien perdu. Cyril Gray a traversé l’Atlantique jusqu’à Cali, pour y rencontrer Hermán Hoyos, sorte de Douanier Rousseau colombien de la pornographie underground. Joël Langonné a laissé vagabonder sa pensée, dans un réjouissant coq à l’âne bibliophile. Avec, cerise sur le gâteau, les participations de la bibliothèque de Quentin Faucompré, des dessins de War and Peas et des poèmes de Maude Veilleux.

Tout ça pour dire que Bouclard est une revue joyeusement curieuse et éclectique. Elle est vendue dans les meilleures libraires de la galaxie. Il est aussi possible de la commander sur le site de Bouclard Éditions : www.bouclard-editions.fr.

Bouclard

Revue semestrielle

Bouclard Éditions 

10 € le numéro

Revue et approuvée

  • Dis Tonton, c’est bien Nantes ?
  • Pas mal, c’est une belle ville et il y a plein de choses à voir.
  • Y’a quoi à Nantes ?
  • Il y a le château d’Anne de Bretagne, le Curé Nantais et Clémentine Mélois. Et puis il y a aussi Bouclard, une revue semestrielle qui vient de sortir.
  • Bouclard, drôle de nom pour une revue. Ça veut dire quoi Bouclard ?
  • En argot forain, un bouclard, ça désignait une librairie.
  • Alors Bouclard, ça parle de librairies ?
  • Non, Bouclard parle de littérature au sens large. Dans le premier numéro, on visite par exemple un Institut Métapsychique International plein de livres étranges sur les fantômes, la télépathie et autres phénomènes paranormaux. Il y a aussi un article sur Arthur Cravan, boxeur et poète (entre autres), fantasque et merveilleux.
  • Boxeur et poète ? Pourquoi pas marin et écrivain, pendant que tu y es ?
  • Pourquoi pas. En parlant de Clémentine Mélois, elle aussi a écrit dans Bouclard, à propos de l’Oulipo.
  • L’Oulipo, c’est quoi ?
  • L’Oulipo est un genre de gang littéraire joyeusement masochiste, dont l’occupation principale consiste à s’inventer des contraintes, afin de se compliquer encore plus la vie et l’écriture.
  • Ils sont pas bien ces gens !
  • Faut croire que si. Et en plus ils aiment ça… Sinon, tu as aussi dans ce numéro plein d’autres textes passionnants. Tout ça pour te dire que Bouclard, c’est une revue classieuse, élégante, curieuse et éclectique. Elle est vendue dans les meilleures libraires de la galaxie au prix incalculable de 10 €. Tu peux aussi la commander sur le site de Bouclard Éditions : www.bouclard-editions.fr. Maintenant, si tu préfères continuer à lire la Semaine de Suzette, c’est toi qui vois…

Bouclard

Revue semestrielle publié par Bouclard Éditions 

10 € le numéro